Derniers jours ce week-end!

Heures d’ouverture en présence des artistes: samedi et dimanche de 14h30 à 17h

Martine et René Willener
dessins et peintures art primitif
Marcel Laliberté
sculptures et peintures
Patricia Nora
peintures sur toile (acrylique)

Dans l’Espace Yves Sandrier, on aura le plaisir de découvrir le travail du couple Martine et René Willener. Il faut les nommer ensemble, car, pour ne pas les citer, «ils travaillent à l’unisson dans la vie comme dans leurs tableaux». Leurs toiles sont créées à quatre mains, sauf trois pour lesquelles une troisième personne est venue prêter main-forte. Le couple se permet d’affirmer que ce qu’il fait est «de l’art brut», car chaque tableau se fait à l’instinct, suivant l’humeur du jour. Leur intention est de présenter environ une quarantaine de toiles de dimension moyenne. Ils emploient une technique bien précise: marouflage de toile sur bois, puis peinture acrylique et feutre noir. Ils affirment que cette exposition à La Primaire est «une super expérience», car c’est une première, et ils s’en réjouissent. Cette joie et ce plaisir se propageront après jusqu’au domaine musical, cela pour faire honneur au titre de l’exposition.

Une longue amitié unit le couple de Martine et René Willener à Marcel LaLiberté, l’artiste qui présentera ses œuvres dans le premier des deux espaces annexes. Ce Québecois de naissance s’est passionné très tôt pour le dessin, faisant, du coup, dans sa ville natale, «les Beaux-Arts». C’est en 1981 qu’il est venu habiter à Genève avec femme et enfants. Ici, il a poursuivi jusqu’à ce jour son métier d’artiste-peintre, de caricaturiste, de portraitiste et de sculpteur. Il se peut donc tout à fait que bien des visiteurs de La Primaire ont un jour ou l’autre vu l’un de ses travaux, l’une de ses expositions. Cela fait plus de 50 ans qu’il travaille d’instinct, au gré de ses humeurs, de ses états d’âme. A Conches, il présentera 9 sculptures en métal ainsi que 8 peintures à l’huile et à l’aquarelle, sur le thème «on the Rhône again». Nous tenons à placer ici ce que dit de lui, pour terminer, son ami René Willener: «C’est un poète de la peinture qui partage sa vision du monde à travers ses passions. Pour lui, «il faut tendre vers le divin», selon Mondrian.»

A ces artistes qui se connaissent bien entre eux se joint, dans le second espace annexe, une femme peintre, Patricia Nora. Ce qui la rapproche des trois autres, outre la passion pour la peinture, c’est qu’elle aime la musique. Son exposition ne porte-t-elle pas le titre «Tribute to Aretha Franklin», «Hommage à Aretha Franklin»? Comme Marcel LaLiberté, elle a très tôt trouvé dans le portrait au crayon son mode d’expression préféré. C’est aux Arts décos, à Genève, qu’elle a travaillé diverses techniques complémentaires, jusqu’à l’acrylique.
«C’était pour moi impératif, dit-elle, de rendre hommage à la chanteuse qui m’a le plus impressionnée et influencée depuis mon adolescence et durant 50 ans. Je me suis alors lancée dans une série de portraits retraçant des moments-clés de sa carrière. C’est pourquoi certains tableaux portent des titres de chansons. – Cette exposition reflète des moments différents, d’où des touches picturales variées, une approche parfois intimiste … ou une sorte d’éclat de voix jaillissant de la toile.»
Notons que, cette fois, les artistes auront leur part dans l’Heure musicale, pour les «Mélodies en sous-sol».

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.